EDITO

« La région Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui bénéficie du meilleur ensoleillement de France continentale, est résolument engagée dans l’aventure de l’énergie solaire. Partout, des initiatives se développent : à l’échelle individuelle chez les propriétaires de maison, à l’échelle collective sur des immeubles, des bâtiments publics ou industriels, dans le monde agricole ou via des parcs au sol.

Il s’agit de « domestiquer » l’énergie solaire, pour pouvoir alimenter en journée les différentes activités économiques et sociales, pour recharger des véhicules électriques de plus en plus nombreux, et peut-être aussi, à plus long terme, pour produire de l’hydrogène vert susceptible de remplacer certaines énergies fossiles.

Parce qu’elle est intermittente et parce que tout le monde n’a pas accès aux mêmes ressources, l’énergie que le soleil nous donne doit être partagée, au sein de notre région comme avec les régions voisines. Cette « solidarité électrique » garantira aussi que nous continuerons à disposer d’électricité quand le soleil fait défaut, la nuit et en hiver.

C’est le réseau électrique public qui constitue l’outil essentiel de partage de l’électricité, et qui permettra demain à tous de profiter de l’électricité renouvelable produite dans notre région. Ce réseau existe : il est le fruit de plus d’un siècle d’histoire de l’électricité. Il doit aujourd’hui savoir à nouveau s’adapter aux évolutions de l’électricité et accompagner le défi de la transition énergétique.

C’est l’objet du projet de schéma sur lequel nous vous consultons aujourd’hui. Ce projet de schéma comporte deux volets :

  • D’abord, il prévoit de « réserver » un certain volume de capacité d’accueil sur le réseau pour le seul bénéfice des énergies renouvelables, quelles que soient leurs formes, et en différents points du territoire ;
  • Ensuite, ce schéma prévoit les travaux nécessaires pour offrir cette capacité, quand le réseau actuel est insuffisant ou que le territoire concerné est mal desservi.

Que vous représentiez une institution, une entreprise, une association ou que vous soyez un simple citoyen, ce schéma vous concerne. En aucun cas, RTE ne produit d’électricité : les projets de production d’énergie renouvelable seront les vôtres et se feront sur vos territoires. Votre avis sur ce projet de schéma doit nous permettre de concevoir un réseau apte à accompagner intelligemment l’essor de l’énergie solaire dans les prochaines années. »

Jean-Philippe Bonnet, Délégué Régional RTE en Méditerranée

 

Vous pouvez déposer vos contributions jusqu'au 03 février 2021.

RTE fera la synthèse des contributions et des suites qui y seront données dans un délai de 3 mois après la fin de la concertation. Ce bilan sera ensuite disponible sur cette plateforme.

Consultez les dernières contributions déposées :

Environnement et cadre de vie
Contribution n°7 - le 27 décembre 2020

Réponse S3REnR


Si l’on veut renforcer les postes source, si l’on veut installer de nouveaux postes source avec les pylônes et infrastructures requises, c’est que l’ on veut installer au sol de grosses centrales photovoltaïques dans notre arrière pays jusqu’ici relativement protégé. C’est que l’on veut saloper notre cadre de vie, c’est que l’on veut nous voler nos espaces naturels sauvages, nos forêts, c’est que l’on veut attenter aux espaces agricoles. C’est pour faire fuir les touristes et priver les habitants de leur droit le plus élémentaire de jouir de ce patrimoine commun.
Tout ce gâchis pour une transition énergétique qui consiste au nom d’une écologie mal comprise à tuer le vivant qui nous entoure.
Occupez les terrains anthropisés, les toitures, les zones industrielles, les grandes surfaces…Cela sera bien suffisant pour tenir les objectifs du SRADDET, et par pitié, laissez la montagne de Lure et le plateau d’Albion en dehors de tout ça.
Ne pensez pas qu’aux profits des promoteurs, pensez à nous habitants qui voudraient bien être consultés sur le bien-fondé de ces projets calamiteux et qui voudraient continuer à vivre sereinement dans ces espaces magnifiques qui sont nos vraies richesses.

Réponse de RTE, le 7 janvier 2021

Nous vous remercions de votre contribution.

A l'échelle de la région PACA, environ 2/3 des capacités d'accueil envisagées desservent des secteurs à fort potentiel photovoltaïque sur surfaces anthropisées (toitures, parkings …). Par ailleurs, sur les autres secteurs, les capacités d’accueil du réseau envisagées pourront tout aussi bien servir au raccordement d’installations photovoltaïques sur toiture ou parking, qui présentent également un potentiel significatif. 

Outil de planification, le S3REnR ne préjuge pas de la décision de réaliser ou non les projets d’installation de production d’énergie renouvelable, qui relèvent des porteurs de projets et qui devront suivre leur propre processus d’évaluation environnementale et d’autorisation par les pouvoirs publics. Ainsi, les ouvrages du réseau électrique prévus au schéma ne seront réalisés que si le développement des EnR se concrétise sur le territoire concerné. 

Chacun de ces ouvrages fera ultérieurement l’objet d’une concertation pour identifier les emplacements des nouveaux postes électriques et les tracés des nouvelles liaisons électriques les plus propices, notamment en termes d’insertion environnementale. Pour les lignes électriques à créer, la technologie souterraine sera privilégiée, lorsque les conditions technico-économiques le permettront.

Le plateau d'Albion est un territoire pour lequel plusieurs options de desserte sont ouvertes dans le projet de S3REnR faisant l’objet de la présente concertation (cf.page 51 du projet de schéma) :

-  soit créer une capacité d’accueil couvrant l’essentiel du potentiel Enr identifié avec les acteurs régionaux de l’énergie, 

- soit créer une capacité d’accueil plus réduite, ne couvrant qu’une partie du potentiel EnR identifié 

- soit ne pas créer de capacité sur cette zone et reporter la desserte de ce territoire à une prochaine révision du schéma

 

RTE, en lien avec les gestionnaires de réseaux de distribution Enedis et EDSB, analysera l'ensemble des contributions et observations issues de la concertation pour faire évoluer le projet de schéma vers une version définitive, qui sera soumise à évaluation environnementale avec participation du public.

Bonne journée,

L'équipe S3REnR PACA

 

Masquer la réponse Consulter la réponse
Environnement et cadre de vie
Contribution n°6 - le 24 décembre 2020

Au nom de la transition énergétique, RTE est en train de programmer via le S3REnr une grave dégradation des zones naturelles encore préservées du PACA. Particulièrement, au vu des cartes disponibles, sur la montagne de Lure et le plateau d’Albion où la biodiversité est encore à peu près intacte. Ces zones rurales peu habitées et peu industrialisées (et donc sobres énergétiquement) vont payer un très lourd tribut au profit de zones de consommation intense… Acheminer l’électricité de zones lointaines (avec des pertes en ligne considérables) à destination semble déraisonnable.
L’installation de nombreux parcs photovoltaïques va accélérer ce processus mortifère de destruction de la biodiversité .
Les opérateurs, largement soutenus par l’État (à travers les tarifs garantis mais supportés par le contribuable) pourront multiplier les parcs industriels sans contraintes. En outre, la loi ASAP muselle les défenseurs des paysages et de l’environnement…
L’installation de postes sources dans les zones les plus « démunies », véritables appels d’air, autoriseront le mitage du territoire par la multiplication des parcs.
Et cela au nom de la baisse du C02 (que les ENr ne diminueront pas, bien au contraire, du fait de l’intermittence, des modes de fabrication et du transport du matériel peu vertueux) et du réchauffement climatique !
Sans compter avec les mensonges éhontés sur la création de milliers d’emplois nationaux ou autres à venir.


Je note dans la brochure de la révision du S3REnr, page 42, que « le potentiel sur toitures et zones anthropisées est de 38 000 MW sur la région » .
« L’objectif du SRADETT (page 21) est de 17000 MW en 2030 et 47 000 MW en 2050 » . Le potentiel sur toitures et zones anthropisées peut donc répondre largement à la demande.
Par ailleurs, le Canal de la Durance a étudié, testé et validé la possibilité de couvrir le canal de panneaux solaires. Pourquoi ce projet est il resté dans les tiroirs ?
Il y donc de vraies alternatives respectueuses…

Je souhaite que soient respectées les préconisations de la DDT sur l’implantation sur zones anthropisées.
Je souhaite que les ambitions du S3REnr et de RTE soient revues à la baisse et respectent systématiquement l’environnement.

PS j'aimerais comprendre pourquoi les contributions n'apparaissent pas dans l'onglet prévu ?

Réponse de RTE, le 7 janvier 2021

Nous vous remercions de votre contribution.

A l'échelle de la région PACA, environ 2/3 des capacités d'accueil envisagées desservent des secteurs à fort potentiel photovoltaïque sur surfaces anthropisées (toitures, parkings …). Par ailleurs, sur les autres secteurs, les capacités d’accueil du réseau envisagées pourront tout aussi bien servir au raccordement d’installations photovoltaïques sur toiture ou parking, qui présentent également un potentiel significatif. 

Outil de planification, le S3REnR ne préjuge pas de la décision de réaliser ou non les projets d’installation de production d’énergie renouvelable, qui relèvent des porteurs de projets et qui devront suivre leur propre processus d’évaluation environnementale et d’autorisation par les pouvoirs publics. Ainsi, les ouvrages du réseau électrique prévus au schéma ne seront réalisés que si le développement des EnR se concrétise sur le territoire concerné. 

Chacun de ces ouvrages fera ultérieurement l’objet d’une concertation pour identifier les emplacements des nouveaux postes électriques et les tracés des nouvelles liaisons électriques les plus propices, notamment en termes d’insertion environnementale. Pour les lignes électriques à créer, la technologie souterraine sera privilégiée, lorsque les conditions technico-économiques le permettront.

RTE, en lien avec les gestionnaires de réseaux de distribution Enedis et EDSB, analysera l'ensemble des contributions et observations issues de la concertation pour faire évoluer le projet de schéma vers une version définitive, qui sera soumise à évaluation environnementale avec participation du public.

Bonne journée,

L'équipe S3REnR PACA

Masquer la réponse Consulter la réponse
Environnement et cadre de vie
Contribution n°5 - le 23 décembre 2020

L'extension du réseau RTE est en lien avec les objectifs du SRADETT . Ces objectifs ont été très largement augmentés par rapport à ceux du SRCAE. On voit sur la carte que des postes sources importants sont prévus dans le 04 et en limite du 84 et 04. Cela indiquerait que de nombreuses installations photovoltaïques sont envisagées notamment pour satisfaire les exigences des projets Hygreen dans le val de Durance et particulièrement dans l'agglomération DLVA mais aussi dans l'arrière pays notamment sur le plateau d'Albion / Montagne de Lure.
Sur la DLVA le potentiel d'espaces anthropisés ne dépasserait pas 30ha, ce qui implique que, si l 'on veut trouver les 1500ha prévus pour alimenter correctement en électricité le projet et produire ainsi de l'hydrogène « verte » par l'électrolyse de l'eau de la Durance, il faudrait couvrir de panneaux les terres agricoles les plus fertiles de ce département. Le guide de recommandations pour l'implantation des parcs photovoltaïques émis par la DDT contredit cette perspective. Et en dépit de la loi ASAP, il ne sera guère possible d'obtenir les autorisations sauf à se mettre tous les agriculteurs à dos. Il resterait alors comme solution d'attaquer les zones naturelles et forestières qui contribuent à maintenir le réchauffement climatique dans des conditions presque normales et qui constituent un fort enjeu d'attractivité des arrières pays d'un côté comme de l'autre de la Durance. Le plateau de Puimichel à La Colle des Mées ayant déjà été colonisé, il reste les versants de la montagne de Lure. Déjà de nombreux projets tentent de s'y implanter qui suscitent de vives réactions et oppositions de la part de la population. Avec le renforcement du réseau RTE ouvre la porte aux opérateurs et contribue en accord avec le SRADETT à dénaturer les paysages de ce département. Ne commet-on pas ainsi l'irréparable ? Ne prépare-t-on pas un conflit avec les habitants ? Est-ce qu'une consultation par internet, fut-elle légale, représente une réelle concertation ? Concerter signifie élaborer un projet avec toutes les parties concernées et mener le débat pour que chacun puisse exprimer ses arguments favorables au projet mais aussi ses craintes, ses doutes ou son refus puis si l'unanimité ne peut s'obtenir qu'un consensus acceptable soit cherché. Au vu de la présentation du projet, je crains qu'une telle démarche ne soit pas appliquée. C'est pourquoi j'affirme mon refus de votre projet.

Réponse de RTE, le 7 janvier 2021

Nous vous remercions de votre contribution.

Outil de planification, le S3REnR ne préjuge pas de la décision de réaliser ou non les projets d’installation de production d’énergie renouvelable, qui relèvent des porteurs de projets et qui devront suivre leur propre processus d’évaluation environnementale et d’autorisation par les pouvoirs publics. Ainsi, les ouvrages du réseau électrique prévus au schéma ne seront réalisés que si le développement des EnR se concrétise sur le territoire concerné. 

Chacun de ces ouvrages fera ultérieurement l’objet d’une concertation pour identifier les emplacements des nouveaux postes électriques et les tracés des nouvelles liaisons électriques les plus propices, notamment en termes d’insertion environnementale. Pour les lignes électriques à créer, la technologie souterraine sera privilégiée, lorsque les conditions technico-économiques le permettront.

RTE, en lien avec les gestionnaires de réseaux de distribution Enedis et EDSB, analysera l'ensemble des contributions et observations issues de la concertation pour faire évoluer le projet de schéma vers une version définitive, qui sera soumise à évaluation environnementale avec participation du public.

Bonne journée,

L'équipe S3REnR PACA

 

Masquer la réponse Consulter la réponse
Environnement et cadre de vie
Contribution n°4 - le 21 décembre 2020

Sachant que :

1) le développement des ENR n'impacte en rien notre production nationale de C02, et donc le réchauffement climatique,
2) que la dynamique annoncée ici, couplée avec le SRADDET PACA, aura des effets dommageables irréversibles sur la nature, la biodiversité, les espèces protégées et le paysage,
3) donc qu'au nom de l'écologie on compte s'attaquer à l'environnement,
4) que contrairement à ce qu'on entretient dans l'opinon, l'économie de ces installations industrielles n'est pas soutenable, et n'est artificiellement maintenue aujourd'hui que grâce aux soutiens de l'Etat (c'est grave pour le photovoltaïque et encore pire pour l'éolien),
5) tandis que la loi ASAP désamorce par avance tout questionnement citoyen des projets de centrale,

nous souhaitons que les ambitions exprimées dans les documents de cette consultation soient revues à la baisse, pour ne prendre en compte que le potentiel en surfaces artificialisées, que les implantations en milieux naturels fassent l'objet d'une étude de terrain plus respectueuse de l'environnement et des habitants, et donc que le déploiement du réseau de transformation et de transport soit ajusté en conséquence.

Réponse de RTE, le 7 janvier 2021

Nous vous remercions de votre contribution.

A l'échelle de la région PACA, environ 2/3 des capacités d'accueil envisagées desservent des secteurs à fort potentiel photovoltaïque sur surfaces anthropisées (toitures, parkings …). Par ailleurs, sur les autres secteurs, les capacités d’accueil du réseau envisagées pourront tout aussi bien servir au raccordement d’installations photovoltaïques sur toiture ou parking, qui présentent également un potentiel significatif. 

Outil de planification, le S3REnR ne préjuge pas de la décision de réaliser ou non les projets d’installation de production d’énergie renouvelable, qui relèvent des porteurs de projets et qui devront suivre leur propre processus d’évaluation environnementale et d’autorisation par les pouvoirs publics. Ainsi, les ouvrages du réseau électrique prévus au schéma ne seront réalisés que si le développement des EnR se concrétise sur le territoire concerné. 

Chacun de ces ouvrages fera ultérieurement l’objet d’une concertation pour identifier les emplacements des nouveaux postes électriques et les tracés des nouvelles liaisons électriques les plus propices, notamment en termes d’insertion environnementale. Pour les lignes électriques à créer, la technologie souterraine sera privilégiée, lorsque les conditions technico-économiques le permettront.

RTE, en lien avec les gestionnaires de réseaux de distribution Enedis et EDSB, analysera l'ensemble des contributions et observations issues de la concertation pour faire évoluer le projet de schéma vers une version définitive, qui sera soumise à évaluation environnementale avec participation du public.

Bonne journée,

L'équipe S3REnR PACA

Masquer la réponse Consulter la réponse
Consistance du schéma
Contribution n°3 - le 21 décembre 2020

J'ai appris qu'il n'y aura pas de renforcement du réseau électrique Haute tension, ce qui bloquera toute évolution des énergies renouvelables dans les Baronnies. Il est urgent que nos élus et administrateurs prennent acte des évolutions du futur, et agissent en conséquence. Vous avez la responsabilité (déléguée des citoyens) de nous préparer au mieux à l'avenir.
C'est pourquoi, je vous écris aujourd'hui pour les résidents des Baronnies provençales aient accés aux energies renouvelables sur l'ensemble du territoire. Le réseau elecrrique pourra notamment être renforcé par l'investissement par RTE d'un poste source à Buis les Baronnies. Merci pour votre attention.

Réponse de RTE, le 7 janvier 2021

Nous vous remercions de votre contribution.

La commune de Buis-les-Baronnies est située en Région Auvergne-Rhône-Alpes. Le projet de S3REnR AuRA a été proposé en concertation du 5 octobre au 31 décembre 2020 ; vous pouvez consulter les réponses qui ont été apportées sur le sujet qui vous intéresse à l’adresse suivante : https://www.s3renr-aura.fr (cf. notamment ce document). Concernant plus largement les  Baronnies Provençales, le S3RENR PACA contribuera à la desserte de ce secteur puisqu’il prévoit d'offrir de nouvelles capacités d'accueil au poste de Vaison-la-Romaine, situé une quinzaine de km à l’ouest de Buis-les-Baronnies, envisage la création d'infrastructures de réseau à l’Est (Rosanais) et propose différentes options au sud (plateau d’Albion) dont certaines pourraient contribuer à la création de capacité dans la zone des Baronnies Provençales.

RTE, en lien avec les gestionnaires de réseaux de distribution Enedis et EDSB, analysera l'ensemble des contributions et observations issues de la concertation pour faire évoluer le projet de schéma vers une version définitive, qui sera soumise à évaluation environnementale avec participation du public.

Bonne journée,

L'équipe S3REnR PACA

 

 

Masquer la réponse Consulter la réponse